Présentation

Face[s] au vent – Le concept d’exposition narrative

La seule exposition qui vous regarde autant que vous la regardez !

Face[s] au vent de Christian LEROY se veut être une exposition narrative, le début d’un récit, le premier acte d’un théâtre de vies liées à la mer, avec ses drames et ses espoirs.

Dans un 1er temps, vous découvrez les portraits. L’exposition pose le contexte et présente les personnages principaux. En centrant sur les regards, le peintre vous présente un caractère ou une émotion, ce qui lui permet d’aller à l’essentiel, tout en cachant ses intentions d’auteur.

Dans un 2ème temps, vous voyez la plaque en aluminium brossé et le texte sérigraphié dessus. Vous pouvez même y lire un prénom qui est aussi le titre de la toile. C’est la seconde partie de la narration, celle où l’information textuelle prime, avec un lien fort unissant le contexte à l’image. Le cadre n’est plus seulement un rajout décoratif, il devient le début de l’écriture narrative (« Hoc incipit liber », ceci commence le livre).

Cette nouvelle réflexion sur l’exposition consiste à ne pas vous donner délibérément toutes les informations. Contrairement à une exposition classique où l’image parle d’elle-même et ne procure souvent que le plaisir ou le désintérêt, cette forme d’exposition vous incite à aller plus loin, à en savoir plus sur chaque vie, sur chaque personnage. Pour cela, un livre est à votre disposition, il réunit les peintures, photos et textes issus des rencontres entre l’artiste et ses modèles.

D’autres peintures marines (personnages, voiles, coques, chantiers navals, fragments, etc…) accompagnent également ces portraits de façon à créer un univers global, centré autour de la mer et en parfaite cohérence avec chaque histoire.

Au total l’exposition et le livre présentent donc plus d’une trentaine de peintures illustrant le destin de personnes qui ont un lien fort avec la mer, choisi ou imposé, heureux ou tragique. Tous les caractères sont là, reflets d’un monde ordinaire qui peut devenir extraordinaire lorsque l’art s’en mêle. Cela va d’Alfred rescapé du naufrage du Nérée le 10 octobre 1965 à Claude, pêcheur ayant trop pêché, en passant par Gwenn sauvée par l’association du Père Jaouen ou Ekundayo, migrant nigérien sauvé des eaux …

Des regards de vies ou le regard d’un peintre sur un fragment d’humanité.
 

La première exposition de cette série dans son intégralité aura lieu au Centre Culturel L’Alizé de BREST-GUIPAVAS du 03 au 25 avril 2019. D’autres évènements sont également prévus fin 2018 et début 2019 : En savoir plus …